María Rodríguez Antón, Jorge Gomez Cornejo Díaz et Íñigo Azpilicueta sont passionnés de basket Ball et collègues de travail. Ils se sont présentés ensemble au Service Égalité et Engagement Social afin d’informer de leur intention de former une équipe de Basket Ball mixte à laquelle pourraient participer les travailleurs et travailleuses de l’entreprise. Fidèle à son engagement envers l’Égalité, le service a soutenu la communication interne ente ses employés afin d’augmenter le nombre de participants et il a également décidé de financer l’ensemble de l’équipement. Voici comment nous le racontent María et Íñigo :

Une partie de l’équipe de Basket Ball d’Urbaser à Madrid

Comment est née l’idée de former une équipe mixte de Basket Ball au sein d’Urbaser ?

María Rodríguez Antón, technicienne énergétique du service technique de traitement chez Urbaser: Dans le service du Traitement, nous étions nombreux, avec les collègues, à avoir joué au Basket Ball par le passé. Il y a environ un an nous avons commencé à nous voir pour jouer des petits matchs entre nous et c’est à ce moment-là qu’est née l’idée de nous inscrire à un championnat. Il nous est apparu tout à fait normal de former une équipe mixte à laquelle nous pourrions tous participer.

Íñigo Azpilicueta, technicien des offres chez Urbaser :
Comme le dit María, cela faisait un certain temps que nous jouions des matchs amicaux avec plusieurs collègues du bureau technique Nous souhaitions avoir une certaine continuité, c’est pourquoi nous avons décidé de nous inscrire à un championnat qui nous obligerait à jouer plus régulièrement. Comme dans les matchs amicaux les garçons et les filles participaient indistinctement, il nous est apparu naturel que l’équipe qui représenterait l’entreprise dans le championnat puisse intégrer toutes les personnes qui le souhaitaient.

Avez-vous du faire face à des difficultés pour former cette équipe ?
M : Même si, au début, convaincre des filles de nous rejoindre a été un peu difficile, aujourd’hui, nous représentons 40% de l’équipe, nous n’avons donc pas eu besoin de repousser de matchs pour cette raison.

I : Il y a moins de championnats mixtes et ceux que nous connaissons exigent un nombre minimum de filles sur le parquet à tout moment. Pas seulement pour nous mais pour toutes les équipes participantes, cette condition est difficile à remplir, car généralement il y a moins de filles que de garçons qui s’inscrivent.

Pour vous, quel est l’intérêt de former une équipe mixte et pas exclusivement masculine ou féminine ?

M : Étant donné que les matchs amicaux que nous jouions entre nous étaient mixtes, le fait de pouvoir participer à un championnat mixte nous a permis de ne pas avoir à exclure certaines personnes pour des raisons de genre.

I : Plus qu’un avantage il s’agit de quelque chose de naturel, particulièrement pour une équipe comme la nôtre, qui provient d’une entreprise composée de manière assez équilibrée d’hommes et de femmes. C’est également un avantage dans le cas où l’on dispose de peu de participants. Il était impossible de créer une équipe féminine, ou une masculine, mais en rassemblant toutes les personnes intéressées, il est possible de disposer de suffisamment de personnes pour composer une équipe mixte (cela serait plus facile s’il n’y avait pas de limitation de joueurs présents sur le parquet à tout moment selon le sexe).

Comment est le championnat auquel vous participez ? Est-il composé essentiellement d’entreprises ou de groupes d’ami(e)s ?

I : Nous participons au Championnat Freebasket, organisé par la Fédération de Basket Ball de Madrid. La catégorie à laquelle nous participons, la mixte, est composée principalement d’équipes d’amis, excepté l’Association des Étudiants de Las Tablas. On trouve de nombreuses équipes d’entreprises dans les catégories masculines ou féminines mais on peut dire qu’Urbaser fait preuve d’originalité en participant au championnat mixte.

M: Il a débuté le 16 octobre dernier avec un nouveau record de participation : 93 équipes (72 masculines, 8 féminines et 13 mixtes) et il s’achèvera en mars de cette année. Chaque équipe est assurée de disputer 18 matchs entre octobre et mars.

Quelles sont vos attentes pour ce championnat ?

M: Notre principale motivation pour participer à ce championnat, depuis le début, est de passer un bon moment entre collègues, en pouvant pratiquer un sport régulièrement. Même si, lorsque nous jouons, nous sommes compétitifs, ce que nous recherchons en premier lieu, c’est que tout le monde s’amuse et puisse participer. Nous sommes bien ancrés dans le milieu de tableau et nous en sommes satisfaits. Aux vues du succès remporté cette année, nous espérons continuer l’année prochaine et convaincre de nouveaux employé(e)s d’Urbaser de nous rejoindre.

I: Notre objectif, qui date d’avant l’inscription au championnat, lorsque nous jouions des matchs entre collègues, est de passer de bons moments entre collègues et amis en faisant du sport, de connaitre de nouvelles personnes, de renforcer les relations existantes tout en prenant soin de notre santé. Concernant les résultats, le championnat s’adapte bien à nos caractéristiques, et les résultats vont s’améliorer dès que nous nous connaitrons mieux, ce qui va améliorer le travail en équipe et nous avons l’espoir de finir en milieu de tableau.

*María, Jorge et Íñigo sont parvenus à créer une équipe dans ce championnat 2017-2018 composée de 19 personnes, 12 garçons et 7 filles et qui peut encore s’élargir si certains se décident à faire du sport avec ses collègues. Pour cela, vous pouvez contacter Iñigo : iazpilicueta@urbaser.com

Urbaser